Je dis ce que je veux ” un café pédagogique pour enraciner les pratiques”

Au Lycée horticole de Roville, en 2018, les enseignants ont bénéficié d’une formation Unrep animée par Amifor sur les intelligences multiples. Aujourd’hui certains enseignants de cet établissement se sont appropriés la méthode et ont commencé à construire des scenari à partir des profils de leurs élèves.

Autre belle initiative, ils animent sous la houlette d’un des leurs, un café pédagogique. Un temps qui leur permet de mettre en avant l’avancement dans l’utilisation de l’outil, mais également les freins et les questionnements.

Amifor publie ci-dessous le compte rendu de la séance d’hier matin sous forme de carte mentale.


Compte rendu du café pédagogique réalisé à Roville aux Chênes ce lundi”

Parmi les questions et les freins, la peur de la catégorisation. Les intelligences multiples ne doivent pas mettre dans des cases mais faire émerger chez les élèves des facilités (préférence cérébrale) différentes pour apprendre. L’enseignant s’appuie alors sur cette facilité pour ancrer le savoir.

Autre interrogation, ‘l’évaluation des activités intelligences multiples”. A priori les activités ne s’évaluent pas. Elles permettent d’obtenir des savoirs qui eux seront évalués comme auparavant. Cependant, Amifor conseille de pratiquer des auto évaluations sur les ateliers par les élèves les pratiquant. Ce qui permet de renforcer le lien profil-atelier et chez l’apprenant son intelligence intra personnelle !

En tout cas, Bravo Roville aux Chênes pour votre initiative !

MC Lefebvre.

 

 

Des outils post formation AmiFor®

Je dis ce que je veux !

Des outils post formation AmiFor®

Je salue ce matin le travail d’équipes pédagogiques qui après une de nos formations AmiFor® n’hésitent pas à mettre en place rapidement des outils simples facilement applicables et partagés avec l’ensemble de l’équipe pédagogique.
Pour notre équipe AmiFor®, c’est une preuve d’efficacité et c’est l’objectif que nous nous fixons. Changer les pratiques, savoir se remettre en question c’est à quoi doit mener toute formation. C’est une remise en question, parfois, un effort d’inventivité pour mettre en pratique différemment notre enseignement. L’inventivité est de mise dans de nombreux métiers. Cette faculté est primordiale dans l’enseignement. Elle prend du temps. Elle exige de faire évoluer ses séances. Mais elle  apporte du crédit à l’enseignement face à un public très friand de nouveautés. L’exigence est lourde. D’autant plus que le socle des connaissances lui, est imposé et est fondamental et immuable.

Je ne dirais jamais trop que des pratiques appliquant la théorie des Intelligences Multiples de Gardner apporte des solutions très intéressantes en matière de motivation et d’intérêt  des élèves que ce soit en primaire ou dans le secondaire. Je suis persuadée que la pédagogie ludique éveille l’esprit des élèves et le met en attente d’informations “pour gagner un défi”. Je suis plus que convaincue que l’on est capable d’activer des “starters créatifs” pour permettre à nos élèves de réfléchir et penser autrement.

MC Lefebvre

Créativité à l'école

Méthode COUIQ pouvant être utilisées
dans les classes pour instaurer un climat créatif

 

 

 

 

Jeudi ce que je veux : on a déjà tout créé ! oups !

Etudiants en cours de créativité coachés par MC Lefebvre, AmiFor

Nos étudiants sont-ils désabusés ?

Donnant un cours d’e.marketing à des élèves en Bachelor management des unités commerciales (IPAC), j’amène mes élèves à réfléchir à de nouveaux services et prestations pouvant être vendus sur internet.

Certains semblent désappointés : « mais tout a déjà été fait et réfléchi »…… «  Il n’y a plus rien à inventer ! »

Oups ! C’est un fait que l’innovation est une logique d’accélération qui donne l’impression de plus en plus de propositions innovantes et presqu’envahissantes, mais l’innovation est également une logique d’adaptation. Dans ce cadre, tout est toujours à réinventer.

Dans les heures que nous vivons aujourd’hui, en France, réfléchir aux nouveaux contextes émergents et ceux que nous pourrions aider à se développer, par exemple « mieux vivre en ruralité  avec l’informatique» doit  faire nous pencher sur les adaptations nécessaires des services numériques aux zones rurales éloignées. Le nombre des défis est important dans tous les domaines.

Autre suggestion : continuer d’innover, mais innover autrement. Je pense : « plus humainement, plus doucement, plus… » cette suggestion donne quoi dans la « manière » d’innover ?

Vous voyez, chers étudiants, chers enseignants, chefs futurs chefs d’entreprise, le terrain devant nous est large…A nous tous de jouer !

MC Lefebvre

Soyez créatif en 2019 !

Pour bien démarrer cette année, nous désirions mettre l’accent sur la nécessité d’être créatif. Bien des combats, bien des questions, bien des défis à venir vont avoir besoin de plus en plus de créativité. Or cette dernière s’apprend et est le résultat d’un entraînement.

Ajoutons à cela que l’on est plus créatif à plusieurs que seul.

Enseignants, managers, étudiants, la créativité est une nécessité et elle devient vitale pour notre société !.

Ci dessous, une petite sélection AmiFor de quelques livres à posséder en livre d’entraînement et de chevet !

 

 

 

La 4eme classe expérimentale dévoilée à St Jo Matzenheim

A Matzenheim (Alsace), le collège saint Joseph dirigée par Madame Delmas est un établissement qui vit une belle expérience pédagogique grâce à ses classes expérimentales.Les trois premières ont été créées successivement en 2016 (niveau 6em, 2017( niveau 5em) et 2018( niveau 4em). Les enseignants, la communauté, les élèves attendaient avec impatience l’annonce de la thématique de la classe qui sera créée à la rentrée 2019 au niveau 3èm… Ce sera la classe Schweiter ou la “calsse citoyenne du monde”

L’objectif choisi pour cette classe est celui de développer un esprit solidaire et citoyen.

La philosophie : Pour suivre l’invitation du Pape Benoît XVI dans l’Encyclique Caritas in Veritate, l’École catholique a la responsabilité de promouvoir une mondialisation humanisée, habitée, construite et pleine d’espérance. Elle souhaite donner les moyens, aux élèves et aux adultes qu’elle accueille, de l’appréhender sous cet angle.
Les frères de Matzenheim ont poursuivi le même but depuis la création du collège, celui d’aider les plus démunis sur deux continents.
La classe « A. Schweitzer » souhaite reprendre cette idéologie: donner, s’ouvrir aux autres à travers des actions humanitaires et solidaires.
Les classes expérimentales déjà existantes :
Niveau 6em : De Vinci, une classe tournée vers les arts : “apparendre autrement”
Niveau 5em : se servir des médias pour apprendre : “apprendre à s’exprimer”
Niveau 4em : Une classe tournée vers la Slow education pour développer “les capacités sensorielles, les habiletés sociales et la notion du temps”.

La dimension mondiale  de la nouvelle classe expérimentale doit être

Classe expérimentale St Jo Matzenheim Ushuaïa

classe expérimentale St Jo Matzenheim Gutenberg

classe experimentale saint joseph Matzenheim de vinci

prise en compte dans le parcours de chaque élève inscrit au collège St Joseph.

La solidarité internationale : fraternité, entraide, partage

  • Prendre conscience de l’interdépendance croissante des hommes, des territoires, des États, des économies
  • S’intéresser et s’ouvrir au monde
  • Agir pour un monde plus juste et solidaire.

Le constat :

  • Les réseaux sociaux et autres outils numériques permettent la mise en contact de personnes originaires de différents endroits du monde qui ne se seraient jamais rencontrées sans eux

Les objectifs :

  • Sensibiliser les élèves aux valeurs de paix, de citoyenneté et de solidarité
  • Devenir un citoyen du monde
  • Donner une dimension humanitaire aux actions en s’appuyant sur la communication
  • Intensifier l’usage des langues

La pédagogie : Changer de posture 

  • La position debout améliore les capacités cognitives
  • Des chercheurs américains viennent de montrer que la posture debout pourrait améliorer les performances scolaires des collégiens
  • Lors de ces recherches, il a été démontré que les capacités liées à l’attention, la mémoire de travail, au traitement de l’information et à l’adaptation se sont améliorées de 12%.

Une étude réalisée auprès d’élèves qui utilisent des bureaux debout démontre les bienfaits de cette position en classe = augmentation de 12 % de la durée de l’attention et de 17 % du nombre de calories brulées. Selon cette étude publiée dans la revue « International Journal of Health Promotion and Education » le nombre de calories brûlées augmente de 25 % chez les élèves obèses.

Les projets :

  • Échange de correspondance avec un établissement de Terre Sainte
  • Concevoir un micro-projet avec un établissement à l’étranger (Catalogne, Grèce, Hongrie)
  • Organiser la semaine de solidarité européenne au sein du collège
  • Concevoir des actions (ex : sportive, culturelle) pour récolter des fonds pour un établissement scolaire du réseau mariste
  • Préparer nos élèves au lycée et à l’ouverture internationale (ex : Québec)

 

Vivez une année 2019 Mémorable !

En 2018, Ami For, votre “Ami Formation” a créé une délégation Grand Est.

A multiplié ses interventions dans les établissements scolaires

A “agité ” les réseaux sociaux autour des pratiques neurosciences.

En 2019, c’est avec plaisir que notre équipe continuera de travailler avec vos équipes.

De partager nos idées et le fruit de nos recherches et expériences

N’hésitez pas à nous écrire. nous viendrons vous rencontrer.

www.amifor.fr

AmiFor intervient également au sein des entreprises !

Jeudi ce que je veux: tordons le cou au “Du coup” !

les “du coup” envahissent l’espace oral et de communication

Je n’en peux plus. Tout, tous les élèves, les stagiaires emploient à tour de gorge et ce depuis maintenant au moins 3 ans l’expression : “du coup”..Ils ont entre 15 et 27 ans et ne savent pas avancer dans une présentation, une phrase, un raisonnement sans ces deux mots :”du coup”…… Avec cette expression, j’ai l’impression de me faire boxée toutes les minutes et bang, “du coup”, je suis au début d’une phrase, une nouvelle fois “du coup” j’ai la tête qui rebondit, je suis sur la fin du raisonnement “du coup” je vais tomber, je suis sur la conclusion de l’exposé, trois fois “du coup” je suis à terre. le “du coup” remplace tout et permet d’avancer dans le discours.

Mardi dernier, oraux sur nos projets de communication en BTS COM, “les du coup” se sont invités en force. Je n’entends plus qu’eux, je les crains et me barricade . Je me mets à les compter : 15 minutes d’exposé , 43 “du coup”, soit une moyenne de 3 par minute, de quoi m’effondrer sur le Ring, ne pas me relever.

“Du coup”je décide de tordre le cou au “du coup”… SVP, enseignants, formateurs, parents, faisons quelque chose pour “du coup” passer à autre chose !

Marie Christine Lefebvre

A vélo à l’école (Je dis ce que je veux)

A l’heure où une bonne partie des concitoyens se posent des questions multiples sur l’énergie, son coût, les transports, nos modes de vie en général, quant est il du vélo et de l’école ?

A l’école, on apprend la sécurité aux enfants, mais les villes sont elles adaptées ?

Cette question m’est venue à l’esprit suite à la publication par sur le blog “le siècle digital” et relatant qu’il était confirmé qu’en ville les vélos allaient beaucoup plus vite que les voiture et les scooters.

La vitesse est une chose, la sécurité, une autre. Peut-on aujourd’hui réellement mettre nos enfants sur des vélos pour aller à l’école et au collège, au lycée ?  A part de belles initiatives menées par quelques communautés urbaines en France, prendre un vélo pour aller à l’école s’avère dans la plupart des cas un véritable parcours à embuches, surtout aux heures de pointe.

D’autre part les écoles ont elles investi sur ces 2 roues ? J’entends au delà du simple fait d’avoir poser des rails de stationnement, sécuriser le garage, mis à la disposition un vestiaire pour les cyclistes (se changer avant les cours). Les écoles ont elles réfléchi à des solutions de co voiturage ? Est ce leur rôle ou peuvent elles participer à ce mouvement ?

Nous serions heureux de pouvoir publier sur ce blog toutes les initiatives réussies en matière de transport, aide aux parents, aide aux enfants, facilitation pour l’usage du vélo des établissements scolaires (urbains et ruraux). Ce blog est également le vôtre.

Laissez un commentaire, un article, une photo…ou envoyez nous vos initiatives par mail :

amifor@33id.fr

 

Monter une vidéo pédagogique en 6 points

Comment monter une vidéo pédagogique ? Nous avons repéré sur le site Chlorophil du Ministère de l’Agriculture, une vidéo conseil en 6 points… Pour tous les enseignants intéressés par la pédagogie inversée.

MONTAGE D’UNE CAPSULE VIDÉO CHLOROPHYL

Une série de 6 épisodes, d’environ 4 minutes chacun, détaille la démarche de production de capsules vidéo pédagogiques, de la conception à la diffusion.

  1. Une capsule vidéo, qu’est-ce que c’est ?
  2. Quels outils pour quelles capsules vidéo ?
  3. Comment scénariser une capsule vidéo ?
  4. Votre prise de parole dans une capsule vidéo ?
  5. Faire le montage de sa capsule vidéo ?
  6. La diffusion de sa capsule vidéo ?

A regarder ! Suivre ce lien

D’autre part, Amifor® accompagne les enseignants qui désire “plonger” dans la pédagogie inversée. De l’idée à la réalisation du projet.

Mail à adresser à Amifor@33id.fr

Ou téléphonez : 0647699733

Je dis ce que je veux : A l’heure ou le prix de l’essence s’envole comment repenser télétravail ?

Parmi les solutions envisagées pour économiser un carburant trop cher et trop polluant, les alternatives de co-voiturage, de véhicule électrique, de vélo pour les plus sportifs ou de marche à pied si la distance le permet sont visées… mais également la solution de télétravail s’impose de plus en plus et…

De plus en plus d’entreprise le pratiquent. Télétravail partagé ou télétravail à temps plein : cela exige discipline et bonne gestion… Pour que notre cerveau s’y retrouve !

Le télétravail ne se gère pas n’importe comment ! Il doit avoir un espace à lui,
un temps à lui.

De mon côté travailler à la maison « en journée » n’est pas bien assimilé par mes petits neurones…… Ils sont distraits par le moindre élément appartenant à la vie familiale.

Prendre un café se transforme rapidement en un rangement de lave vaisselle, aller à la boîte à lettre chercher un courrier, à sortir les poubelles. Ajoutons à cela la paire de chaussons laissées au pied qui donne des signaux contradictoires à mon cerveau : « Elle travaille ou elle est au repos ? » se demande-t-il… Et s’il m’advient de rester au lit consulter mes mails alors là c’est chamboule-tout là-haut. Donc une vie de télétravail ou de travail maison s’organise : un espace réservé, un bureau rangé et organisé, un temps avant, un temps après, un habillement comme pour sortir ou recevoir et une planification rigoureuse.  Vous verrez, c’est bien mieux.

Ce qui est étonnant, c’est que travailler le soir, après 8 heures est traduit par mon cerveau comme normal même en chaussons et pour le coup plus de perturbation… Un rappel de mes années étudiantes sans doute !

MC Lefebvre

A lire également :
Notre cerveau face au télétravail : comment éviter les pièges?