Jeudi ce que je veux : Collège et mixité, un débat

Très sensibilisée par les médias dernièrement au harcèlement scolaire et cyberharcèlement (en France, par exemple un élève sur 10 se dit harcelé), je ne manque pas de réfléchir au solutions envisageables et à ce qui a pu mener à cet état de fait (en dehors de la puissance des réseaux sociaux).

J’en viens à me poser une question : la mixité au collège, époque de la vie où nous sommes en pleine transformation et évolution et où notre corps et nos émotions reflètent ces mutations ne favorise-t-elle pas la montée en puissance du harcèlement ?

Avant d’écrire cet édito j’ai beaucoup hésité. D’ailleurs j’ouvre la discussion. Je peux juste relater mes années scolaires. Jusqu’en 3eme dernière année de collège, j’étais dans des établissements féminins , d’ailleurs encadrée uniquement par des femmes. J’ai été plongée dans la mixité en seconde. Je dis bien plongée puisque, avec 5 de mes camarades, nous avons été “missionnées” pour rendre mixte un lycée de garçons. Ce fut d’ailleurs de belles années, assez effrayantes sur les premières semaines. En particulier la découverte des voix qui muent en classe…

De mes années primaire et collège, je n’ai que de bons souvenirs.Certaines formes de harcèlements existaient cependant. Dès qu’une camarade était hors norme, malheureusement nous nous transformions en tyrans scolaires. Mais les confrontations garçons/filles avec des enjeux de séduction, de domination, ne se déroulaient pas dans ces lieux. Et le challenge n’existant pas, nous nous consacrions à l’apprentissage et à la camaraderie.…A ce jour je n’ai aucun avis tranché. La solution je l’ai peut être trouvée dans une interview lue sur le Web… (ci dessous)

Je laisse cette question  sur le grill et vous invite à lire l’article https://journals.openedition.org/rfp/1907 dans la revue française de pédagogie. Egalement à consulter l’interview de Michel Fize auteur d’un ouvrage sur le retour de la mixité par Alain Sousa (doctissimo.fr) dont je publie un petit extrait :

… je propose plusieurs scénarios sur des évolutions possibles du système éducatifEn ce qui concerne l’école primaire par exemple, j’envisage le fait qu’il ne faudrait pas moins de mixité mais qu’il en faudrait plus ! Car on ne peut pas défendre la mixité en salle de classe et laisser des séparations importantes se produire dans la cours de récréation. J’ai également évoqué la situation des collèges, qui est celle qui a été le plus stigmatisée, avec la violence des garçons d’un côté et la réussite plus importante des filles de l’autre.

Or rétablir les classes séparées n’est pas la solution : les performances des filles ne varient pas en fonction de la mixité de la classe. Et en ce qui concerne la violence des garçons, elle s’exprime également contre d’autres garçons plus faibles dans des classes non mixtes. Je pense simplement qu’il faut proposer aux garçons et aux filles qui souffrent de retrouver momentanément un environnement plus serein, en créant une ou deux classes non mixtes. Il s’agit d’une réponse ponctuelle à une situation d’urgence“.

MC. Lefebvre

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.